p
Selon le gouverneur de la Banque de France, la crise économique durera jusqu’en 2022

Selon le gouverneur de la Banque de France, la crise économique durera jusqu’en 2022

François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, a récemment exprimé ses prévisions économiques. Selon lui, la crise économique liée à la crise sanitaire du coronavirus devrait avoir des effets jusqu’en 2022. Une date qui pourrait évidemment être amenée à changer selon la qualité de la reprise économique, notamment parce que les investisseurs ne semblent pas aussi inquiets que prévu.

La période serait-elle propice aux investissements ?

Alors que la France pourrait compter 800 000 chômeurs supplémentaires avant la fin de l’année 2020, les bourses du monde entier ne semblent pas aussi inquiètes que prévu. Au contraire, les actions de nombreuses entreprises dans l’automobile et l’alimentaire s’envolent, pour le plus grand bonheur des investisseurs.

Même les particuliers profitent de la situation en investissant sur des plateformes dédiées comme Saxo. Le marché des CFD, avec sa souplesse et sa rapidité d’exécution, permet de profiter facilement et rapidement des mouvements importants des marchés financiers. Ainsi, la période actuelle fait souffrir le marché du travail et l’économie réelle, mais pas la finance et les marchés.

Reprendre une activité économique complète rapidement

En plus de ses prévisions, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a partagé ses estimations sur l’état de l’économie française. Selon lui, l’activité du pays a progressivement repris après le déconfinement pour atteindre les 50 % à la mi-juin. L’arrêt brutal de la mi-mars a donc été partiellement compensé.

Malheureusement, cette compensation partielle ne suffira pas à sortir de la crise rapidement. Le gouverneur a donc invité l’État à prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre à l’activité économique de reprendre à 100 % le plus rapidement possible. C’est à cette condition uniquement qu’il sera possible d’effacer les impacts de cette crise dès 2022.

Une mise en garde contre la hausse des impôts

La crise sanitaire, le confinement et la crise économique sont en train de coûter très cher à l’État et à la collectivité. Ainsi, la France a considérablement creusé sa dette au cours de l’année 2020. Néanmoins, le gouverneur de la Banque de France a mis en garde le gouvernement contre la tentation d’augmenter les impôts pour compenser ces dépenses.

La dette d’un État n’est pas une fatalité. Même si le fameux endettement à 100 % du PIB est souvent brandi pour effrayer, cela n’a rien d’inquiétant ou d’anormal. S’endetter au-delà de 100 % de son revenu annuel est très fréquent chez les particuliers. Or, augmenter les impôts diminuerait la consommation et limiterait la reprise économique. Selon la Banque de France, le gouvernement doit à tout prix éviter cela.

 

Les commentaires sont clos.