p
Arnaques aux offres d’emploi : Attention aux fausses annonces !

Arnaques aux offres d’emploi : Attention aux fausses annonces !

Depuis quelques années, les sites d’offres d’emploi sont la cible d’arnaqueurs véreux qui y voient une aubaine pour escroquer de braves gens à la recherche d’emploi. L’objectif de ces arnaqueurs consiste souvent à dépouiller leurs victimes de quelques euros ou à leur soutirer des informations personnelles qui leur permettront d’accomplir leur besogne malhonnête. Ces escrocs qui opèrent généralement sur les sites d’offre d’emploi en ligne, n’hésitent pas aujourd’hui à investir les sites officiels tels que ceux du Pôle Emploi qui compte en moyenne, chaque année, près de 11 000 fausses offres d’emploi. Pour éviter d’être la victime de ces arnaqueurs, il est souvent utile de bien connaître les techniques qu’ils utilisent par parvenir à leurs fins. Découvrons ensemble le modus operandi de ces arnaqueurs en ligne ainsi que le moyen d’en être sauf.

Quel est le mode opératoire des arnaqueurs en ligne ?

Généralement, les fausses offres d’emploi sont publiées sur internet au niveau des sites des petites annonces. Certains arnaqueurs qui n’ont pas froid aux yeux n’hésitent pas à publier de fausses annonces au niveau de plateformes connues telles que le Pôle Emploi. Le moyen classique qu’utilisent les escrocs pour attirer les victimes potentielles consiste à publier des annonces alléchantes. Lorsque ces dernières « mordent à l’hameçon »,  l’arnaqueur va demander à sa victime de fournir un certain nombre de pièces. Le but en procédant ainsi est d’installer un climat de confiance entre lui et sa proie.

Une fois que cette étape est franchie, l’arnaqueur va passer à la vitesse supérieure en cherchant le moyen d’escroquer financièrement sa victime. Il peut lui demander par exemple de verser une avance par rapport à un avantage qu’il va percevoir dans le cadre du travail ou il peut utiliser une technique plus répandue qui est celle du chèque volé. Dans ce cas, l’arnaqueur envoie un chèque à sa victime ; ce chèque est soit faux, soit volé. Le subterfuge consistera pour le faux employeur, une fois le chèque expédié, à évoquer une erreur et à demander à sa victime de lui reverser le surplus envoyé sur le montant mentionné par le chèque. L’arnaque deviendra effective si la victime envoie la somme en question à son bourreau.

Comment éviter d’être victime de ce type d’arnaque ?

Si vous êtes à la recherche d’emploi, il est important d’être vigilant pour ne pas être victime de ces arnaqueurs. Des fautes d’orthographe ou de syntaxe doivent vous mettre la puce à l’oreille sur le sérieux de l’auteur de l’annonce. Si l’offre est mirobolante et irréaliste, soyez davantage sur vos gardes, une arnaque pourrait être tapie derrière. Vérifiez l’identité de la personne qui est derrière l’offre et l’existence effective de l’entreprise pour le compte de laquelle elle opère.

Refusez systématiquement de donner de l’argent si on vous le réclame quelle que soit la raison évoquée ; c’est souvent l’indice évident d’une arnaque. Ne livrez surtout pas au premier venu vos données personnelles (numéro de sécurité sociale, RIB ou numéro de carte bancaire).  Coupez court à toute communication si vous estimez que votre interlocuteur n’est pas fiable.

L’intérim n’est pas concerné par les arnaques aux offres d’emploi

C’est souvent le contact direct établi entre le faux employeur et la victime potentielle qui ouvre la brèche aux situations malencontreuses. Lorsque ce lien direct est rompu, il n’est plus possible pour les faux employeurs d’accomplir leurs forfaits. Et c’est bien, ce dont il est question dans le cas de l’intérim, il n’y a plus de lien direct entre le faux employeur et le demandeur d’emploi, de sorte que ce dernier est à l’abri de toute arnaque. Si donc en tant que demandeur d’emploi, vous vous adressez à une société d’intérim comme Facilium à Rennes, vous aurez la garantie de ne pas avoir affaire à un interlocuteur malveillant.

Les commentaires sont clos.